Le contrôle technique manque de bras

17 km. 17 km c’est la distance qu’il faut parcourir en moyenne pour trouver un centre contrôle technique en France. Autant dire que le maillage des centres sur le territoire est très dense. De ce fait, les centres de contrôle technique se retrouvent  confrontés à un manque de main d’œuvre. Il n’y a pas suffisamment de contrôleurs dans l’hexagone. Certains centres sont même obligés de devoir refuser de la clientèle en période de pointe. Cette pénurie de main d’oeuvre risque d’allonger le délai d’attente. Les centres ont donc mené de nombreuses campagnes dont l’objectif est le recrutement de contrôleurs techniques.

Le métier de contrôleur technique

Le métier de contrôleur technique,dont le rôle bénéfique pour la sécurité routière n’est plus à prouver, est un métier qui peine à attirer des candidats. En effet, depuis mai 2018 il y a eu une hausse des prérequis, rendant alors l’obtention du baccalauréat professionnel automobile ou du BTS après-vente auto obligatoire. Cette réforme des prérequis additionnée au faible salaire annuel moyen du contrôleur démotive les jeunes. Le métier de contrôleur technique manque de reconnaissance. C’est pourquoi des campagnes sont mises en place par les centres dans le but de promouvoir ce métier. Dekra, représentant un réseau de centres de contrôle technique, organise même un week-end d’intégration « festif et sportif ». Alors que la sécurité routière est très importante pour les automobilistes, le métier de contrôleur technique est sous représenté  et reste un métier très peu populaire malgré son importance.

L’image du contrôleur technique

IL faut dire que certains stéréotypes ont la vie dure. L’image du technicien crasseux et taciturne est encore ancrée dans beaucoup d’esprits. Afin de redorer le blason de cette profession, de nombreuses initiatives ont été mise en place. Par exemple, le groupe SGS (représentant les centres de contrôle technique Sécuritest, Auto Sécurité et Vérif’Autos) a produit un film promotionnel cherchant à lutter contre cette image négative. Ce clip met en scène un jeune homme soigné,  pédagogue et patient envers ses clients. Les contrôleurs techniques sont trop souvent confrontés à des clients mécontents et surtout difficiles à calmer. Le président du groupe SGS a confié que de nombreux centres doivent faire face à de nombreuses démissions de salariés qui ne supportent plus la confrontation avec ces clients-là. Il ne faut pas oublier qu’avec les réformes du contrôle technique, le nombre de véhicules qui doivent faire une contre-visite est en augmentation et le nombre de clients mécontents de devoir passer cette fameuse contre-visite va exploser. Ce qui risque d’augmenter, à terme, le nombre de démissions.

Le contrôleur technique est au service de la protection de l’environnement et de la sécurité routière.

Il ne faut pas oublier que le métier de contrôleur technique est un métier qui vise à protéger l’environnement et les automobilistes. Contrairement à ce que beaucoup pensent, ce métier n’est en aucun cas, l’ennemi des automobilistes. Il ne faut pas oublier que ces techniciens n’ont pas le droit à l’erreur. Effectivement, celui-ci va s’occuper du contrôle technique de nos véhicules et engage sa responsabilité lorsqu’il nous confie notre véhicule en retour. Et aujourd’hui, avec les réformes amenant à des examens plus longs et plus rigoureux, ce sens des responsabilités est encore plus fort.  Ses responsabilités sont très importantes puisqu’il assure la sécurité des automobilistes en attestant du bon état de leur véhicule.

Bien que le métier de contrôleur technique soit un métier ayant du mal à attirer des candidats, que son image est négligée, son importance pour la protection de l’environnement et de la sécurité routière est primordiale. C’est un métier qui nécessite d’être rigoureux, d’avoir le sens du contact, et une certaine endurance physique. C’est un métier à fortes responsabilités et un métier qui a besoin de nouveaux candidats !

A lire également : Tout savoir sur le controle technique poids lourds en 2019

Auteur de l’article : Valentin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *