Tout savoir sur le controle technique poids lourds en 2019

Avec la réforme du contrôle technique publiée le 20 mai 2018, les contrôles des véhicules ont été revus à la hausse, avec un examen plus long et rigoureux. Mais cette réforme n’est pas exclusivement réservée aux véhicules de moins de 3,5 tonnes. Elle concerne également les poids lourds. Le nouveau contrôle technique poids lourds fait état dorénavant de 174 points de contrôles vérifiés avec 753 « défaillances » constatables, « défaillances » étant le nouveau terme pour dire défaut. Et comme pour les véhicules légers, il y a neuf fonctions contrôlées.

Les défaillances pour les poids lourds

Il y a donc 753 défaillances constatables lors du passage du controle technique poids lourds. Parmi ces 753 défauts possibles, 175 sont considérés comme mineurs, et là, cela ne pose pas trop de soucis, les véhicules peuvent toujours continuer à rouler mais devront passer par la case réparation. A noter que pour une défaillance mineure, la contre-visite n’est pas nécessaire. Il y a 421 défaillances qui sont considérées comme majeures. Comme pour les véhicules légers, dans ce cas les poids lourds peuvent continuer à rouler mais les réparations doivent être effectuées dans un délai d’un mois maximum. Dans ce cas, : la contre-visite est nécessaire. Enfin, 156 défaillances sont classées comme critiques, ce qui signifie que les poids lourds ne sont plus autorisés à rouler.

En cas de contre-visite

Pour les poids lourds concernés par une contre-visite, plusieurs contrôles vont être effectués à nouveau : le freinage, les essieux ou la suspension. La contre-visite va alors prendre plus de temps. Plusieurs changements interviennent également lors de la contre-visite. Il y a 85 nouvelles altérations basées sur une analyse de risques pour les usagers de la route et pour l’environnement. Il y a également une amélioration du contrôle des émissions et une meilleure protection des contrôleurs contre les particules fines notamment.

A lire également : Le contrôle technique manque de bras

Auteur de l’article : Valentin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *